Simone & Laurent Gbagbo, the right to difference

 

Simone & Laurent Gbagbo, le droit à la différence

Paix et réconciliation en Côte d’Ivoire: sur le système de santé
20:57
Simone & Laurent Gbagbo, le droit à la différence

Paix et réconciliation en Côte d’Ivoire: sur le système de santé

Sur le système de santé : Communication de Madame Clotilde OHOUOCHI, Historienne Ancienne ministre de la Solidarité, de la Santé, de la Sécurité sociale et des Handicapés, Intervention du Docteur Issa Malick COULIBALY, ancien Directeur de campagne de Laurent Gbagbo Eight years after the 2011 war imposed on Cote d'Ivoire over a contested election via a French and US backed regime change, French parliamentarians Jean-Paul Lecoq (video https://www.youtube.com/watch?v=GjwJFHIsTCY ) and Daniel Fuertet (video https://www.youtube.com/watch?v=adOgJUSSGQU) admit that France was behind the destabalization of the country in 2002 which has brought havoc since. The French National Assembly held a conference to look into this neocolonial behaviour and address remedies for a true reconciliation. Download the conference papers from website below (under articles): https://www.free-simone-and-laurent-gbagbo.com « Paix et réconciliation en Côte d’Ivoire : La Réconciliation nationale facteur de paix durable en Côte d’Ivoire » Organisé par Monsieur Jean-Paul LECOQ, député, membre de la commission des Affaires étrangères. LeCoq dit que la France est dernier la destabilisation de la Cote d'Ivoire en 2011 (video: https://www.youtube.com/watch?v=GjwJFHIsTCY) Le député Daniel Fuertet (video https://www.youtube.com/watch?v=adOgJUSSGQU ) le pense aussi. Le vendredi 18 octobre 2019, de 14 h à 18 h Salle Lamartine – Immeuble Jacques Chaban-Delmas – 101 rue de l’Université, Paris En présence du Front Populaire Ivoirien (FPI) nationale et de Georgette Nekalo, représentante du FPI France métropolitaine. L'Assemblée nationale française a tenu une conférence pour examiner ce comportement néo-colonial et trouver des remèdes pour une véritable réconciliation. Télécharger les LES ACTES DU COLLOQUE ici (sous articles) https://www.free-simone-and-laurent-gbagbo.com
Paix et réconciliation en Côte d’Ivoire
12:38
Simone & Laurent Gbagbo, le droit à la différence

Paix et réconciliation en Côte d’Ivoire

Eight years after the 2011 war imposed on Cote d'Ivoire over a contested election via a French and US backed regime change, French parliamentarians Jean-Paul Lecoq (video https://www.youtube.com/watch?v=GjwJFHIsTCY ) and Daniel Fuertet (video https://www.youtube.com/watch?v=adOgJUSSGQU) admit that France was behind the destabalization of the country in 2002 which has brought havoc since. The French National Assembly held a conference to look into this neocolonial behaviour and address remedies for a true reconciliation. Download the conference papers from website below (under articles): https://www.free-simone-and-laurent-gbagbo.com « Paix et réconciliation en Côte d’Ivoire : La Réconciliation nationale facteur de paix durable en Côte d’Ivoire » Organisé parMonsieur Jean-Paul LECOQ, député, membre de la commission des Affaires étrangères. leCoq dit que la France est dernier la destabilisation de la Cote d'Ivoire en 2011 (video: https://www.youtube.com/watch?v=GjwJF...) Le député Daniel Fuertet (video https://www.youtube.com/watch?v=adOgJ...) le pense aussi. Le vendredi 18 octobre 2019, de 14 h à 18 h Salle Lamartine – Immeuble Jacques Chaban-Delmas – 101 rue de l’Université, Paris En présence de Georgette Nekalo, représentante du FPI France métropolitaine Télécharger les LES ACTES DU COLLOQUE ici (sous articles) https://www.free-simone-and-laurent-gbagbo.com
Paix et réconciliation en Côte d’Ivoire ,  18 octobre 2019,  101 rue de l’Université, Paris
11:55
Simone & Laurent Gbagbo, le droit à la différence

Paix et réconciliation en Côte d’Ivoire , 18 octobre 2019, 101 rue de l’Université, Paris

Eight years after the 2011 war imposed on Cote d'Ivoire over a contested election via a French and US backed regime change, French parliamentarians Jean-Paul Lecoq (video https://www.youtube.com/watch?v=GjwJFHIsTCY ) and Daniel Fuertet (video https://www.youtube.com/watch?v=adOgJUSSGQU) admit that France was behind the destabalization of the country in 2002 which has brought havoc since. The French National Assembly held a conference to look into this neocolonial behaviour and address remedies for a true reconciliation. Download the conference papers from website below (under articles): https://www.free-simone-and-laurent-gbagbo.com « Paix et réconciliation en Côte d’Ivoire : La Réconciliation nationale facteur de paix durable en Côte d’Ivoire » Organisé parMonsieur Jean-Paul LECOQ, député, membre de la commission des Affaires étrangères. leCoq dit que la France est dernier la destabilisation de la Cote d'Ivoire en 2011 (video: https://www.youtube.com/watch?v=GjwJFHIsTCY) Le député Daniel Fuertet (video https://www.youtube.com/watch?v=adOgJUSSGQU) le pense aussi. Le vendredi 18 octobre 2019, de 14 h à 18 h Salle Lamartine – Immeuble Jacques Chaban-Delmas – 101 rue de l’Université, Paris En présence de Georgette Nekalo, représentante du FPI France métropolitaine Télécharger les LES ACTES DU COLLOQUE ici (sous articles) https://www.free-simone-and-laurent-gbagbo.com
French parliamentarian admits France destabalized west African county Cote d'Ivoire
10:52
Simone & Laurent Gbagbo, le droit à la différence

French parliamentarian admits France destabalized west African county Cote d'Ivoire

Eight years after the 2011 war imposed on Cote d'Ivoire over a contested election via a French and US backed regime change, French parliamentarian Lecoq admits that France was behind the destabalization of the country in 2002 which has brought havoc since. The French National Assembly held a conference to look into this neocolonial behaviour and address remedies for a true reconciliation. Download the conference papers from website below (under articles): https://www.free-simone-and-laurent-gbagbo.com LES ACTES DU COLLOQUE « Paix et réconciliation en Côte d’Ivoire : La Réconciliation nationale facteur de paix durable en Côte d’Ivoire » Organisé par Monsieur Jean-Paul LECOQ, député, membre de la commission des Affaires étrangères Le vendredi 18 octobre 2019, de 14 h à 18 h Salle Lamartine – Immeuble Jacques Chaban-Delmas – 101 rue de l’Université, Paris En présence d’Assoa Adou, Secrétaire général du FPI et de Georgette Nekalo, représentante du FPI France métropolitaine Près d’une décennie après la crise postélectorale et ses milliers de victimes, la Côte d’Ivoire et son peuple continuent de connaître des difficultés à la fois du point de vue démocratique, social, économique et sécuritaire. La réconciliation nationale maintes fois proclamée n’a jamais eu véritablement lieu et les fractures que connaît la société ivoirienne persistent. L’ancien président Laurent Gbagbo, un des principaux acteurs de la vie politique ivoirienne, a été acquitté par la CPI, mais est malgré cela empêché de rejoindre la Côte d’Ivoire. L’évolution de sa situation est incertaine. Tous ces éléments engendrent un contexte qui ne peut laisser personne indifférent. Les Ivoiriens doivent trouver une issue et en tant que parlementaire français je souhaite appuyer modestement tout effort fait en ce sens. TELECHARGER PDF DU COLLOQUE sur le site web (section Articles) : https://www.free-simone-and-laurent-gbagbo.com
Témoignage Ghana III  Nathalie Rabet sur Simone & Laurent Gbagbo le droit à la différence
16:37
Simone & Laurent Gbagbo, le droit à la différence

Témoignage Ghana III Nathalie Rabet sur Simone & Laurent Gbagbo le droit à la différence

Témoignage Ghana III Nathalie Rabet Président des femmes du camps des réfugiés Ivoiriens d'Egyeikrom. Réalisé par Mamadou Bamba pour le making off du projet documentaire Simone & Laurent Gbagbo le droit à la différence de Nicoletta Fagiolo. Ghana, Octobre 2019 La vérité sur la présence massive des réfugiés ivoiriens au Ghana de 2011 a 2019. CONTACT: ARICO Association des réfugiés ivoiriens des camps au Ghana. Mamadou Bamba email: bmabraham53@gmail.com TEMOIGNAGE GHANA REFIGEE SERIES LETTRE OUVERTE DES CAMPS DE REFUGIEES AU GHANA Aux grandes institutions, Aux ONG et aux bonnes volontés À la communauté internationale Nous venons par le biais de cette note témoigner de notre existence. En effet, nous apprenons sur les réseaux sociaux et dans le monde et que plus de quatre vingt dix pour cent (90%) des réfugiés seraient rentrés au pays. Cette note intervient donc à titre de témoignage pour prouver notre existence. En effet, nous sommes le résultat du contentieux électoral des présidentielles ivoiriennes de 2010 qui s'est mué en une crise armée obligeant plusieurs milliers d'ivoiriens à quitter leur pays pour l'exil afin de trouver refuge pour la plupart dans pays voisins où ont été ouvert des camps pour la circonstance, Au Ghana, il en existe trois (3) celui de Ampian qui est le premier en provenance de la côte d'ivoire, le camp d'Egyeikrom/Elmina et enfin le camp de Fetentaa / Kumasi. Ce sont sur ces différents espaces que les ivoiriens réfugiés au Ghana lutte pour la survie depuis bientôt dix ans. A notre arrivée, nous étions respectivement pour les trois camps du Ghana cinq mille six cent quarante deux (5642), deux mille quatre cent cinquante six (2456)et mille six cent trente huit (1642). Ce qui donne un total de neuf mille sept cent trente six (9736) personnes. Cette terre ghanéenne sans véritables défenses . En effet, notre quotidien est parsemé de douleur et de misère, la souffrance s'est faite compagne de nous . C'est dans les camp de réfugiés que l'on découvre effectivement la chosification de l'être humain, l'accès au minimum vital ne serait être une garantie, parce que depuis septembre 2015 la nourriture a été interrompue par le UNHCR et le Ghana Refugee Board (GRB) . Ce qui a entraîné la malnutrition et l'épidémie d'hernie seins des enfants dans les camps avec tous ça nous sommes resté pour notre sécurité. " LA Motivation " du non retour des réfugiés ivoiriens des camps au Ghana. * L'instabilité du climat politique ivoirien Nous sommes sans ignorer qu'au début des velléités électorales relatives aux présidentielles de 2010, Mr Alassane Dramane Ouattara, Mr Henry Konan Bédié , Mr Albert Mabri Toikeuse et Mr Soro se sont mis en coalition dénommé Rassemblement des Houphouétiste pour la Démocratie et la Paix (RHDP). Aujourd'hui, le constat est claire et amer, cette belle coalition est devenue un assemblage d'ennemis prêts à s'entredéchirer. La méfiance est désormais la ligne de conduite des alliés d'autrefois, des messages de menaces sont lancés de toute part . Il est clair qu'une telle atmosphère ne saurait promouvoir la paix dans un pays qui ne s'est pas encore remis de ses profondes blessures d'après crise. Alors, pourquoi l'on se résoudrait-il de rentrer dans un tel pays à quelques mois des présidentielles s'annoncent tendues? Donc nous réfugiés, estimons que le retour à la paix passe par la réconciliation de tous les fils et toutes les filles de la côte d'ivoire . Tout le monde est sans ignorer que le maillon essentiel de cette réconciliation, c'est le président LAURENT GBAGBO . Son retour au pays sera le gage de stabilité et de réconciliation vrai. En conclusion, il revient de noter que les camps réfugiés sont bel et bien ouverts et que malgré les quelques départ qui font la une de l'actualité du pouvoir Abidjanais , un très grand nombre de réfugiés : trois mille huit cent vingt-six ( 3826) pour le camp de Ampian, mille quatre cent douze (1412) pour Egyeikrom et huit cent soixante quatorze (874) pour Fetentaa soit un total de six mille cent douze ( 6112) est encore dans les camps. Alors que l'on ne prenne point plaisir à proféré des contres vérités faisant état de ce que les camps se seraient vidés à quatre vingt dix pour cent (90%) de leurs populations. De tels propos seraient la manifestation d'une mauvais foi beaucoup trop poussée. Par soucis de sécurité, les réfugiés qui ont produit ce témoignage ont préféré garder l'anonymat.
Témoignage Ghana IX  Tahou Ernst sur Simone & Laurent Gbagbo, le droit à la différence
43:26
Simone & Laurent Gbagbo, le droit à la différence

Témoignage Ghana IX Tahou Ernst sur Simone & Laurent Gbagbo, le droit à la différence

Témoignage Ghana VIII Tahou Ernst Réalisé par Mamadou Bamba pour le making off du projet documentaire Simone & Laurent Gbagbo le droit à la différence, un film de Nicoletta Fagiolo. Ghana, Octobre 2019 GHANA SERIES La vérité sur la présence massive des réfugiés ivoiriens au Ghana de 2011 a 2019. CONTACT: ARICO Association des réfugiés ivoiriens des camps au Ghana. Mamadou Bamba email: bmabraham53@gmail.com LETTRE OUVERTE DES CAMPS DE REFUGIEES AU GHANA Aux grandes institutions, Aux ONG et aux bonnes volontés À la communauté internationale Nous venons par le biais de cette note témoigner de notre existence. En effet, nous apprenons sur les réseaux sociaux et dans le monde et que plus de quatre vingt dix pour cent (90%) des réfugiés seraient rentrés au pays. Cette note intervient donc à titre de témoignage pour prouver notre existence. En effet, nous sommes le résultat du contentieux électoral des présidentielles ivoiriennes de 2010 qui s'est mué en une crise armée obligeant plusieurs milliers d'ivoiriens à quitter leur pays pour l'exil afin de trouver refuge pour la plupart dans pays voisins où ont été ouvert des camps pour la circonstance, Au Ghana, il en existe trois (3) celui de Ampian qui est le premier en provenance de la côte d'ivoire, le camp d'Egyeikrom/Elmina et enfin le camp de Fetentaa / Kumasi. Ce sont sur ces différents espaces que les ivoiriens réfugiés au Ghana lutte pour la survie depuis bientôt dix ans. A notre arrivée, nous étions respectivement pour les trois camps du Ghana cinq mille six cent quarante deux (5642), deux mille quatre cent cinquante six (2456)et mille six cent trente huit (1642). Ce qui donne un total de neuf mille sept cent trente six (9736) personnes. Cette terre ghanéenne sans véritables défenses . En effet, notre quotidien est parsemé de douleur et de misère, la souffrance s'est faite compagne de nous . C'est dans les camp de réfugiés que l'on découvre effectivement la chosification de l'être humain, l'accès au minimum vital ne serait être une garantie, parce que depuis septembre 2015 la nourriture a été interrompue par le UNHCR et le Ghana Refugee Board (GRB) . Ce qui a entraîné la malnutrition et l'épidémie d'hernie seins des enfants dans les camps avec tous ça nous sommes resté pour notre sécurité. " LA Motivation " du non retour des réfugiés ivoiriens des camps au Ghana. * L'instabilité du climat politique ivoirien Nous sommes sans ignorer qu'au début des velléités électorales relatives aux présidentielles de 2010, Mr Alassane Dramane Ouattara, Mr Henry Konan Bédié , Mr Albert Mabri Toikeuse et Mr Soro se sont mis en coalition dénommé Rassemblement des Houphouétiste pour la Démocratie et la Paix (RHDP). Aujourd'hui, le constat est claire et amer, cette belle coalition est devenue un assemblage d'ennemis prêts à s'entredéchirer. La méfiance est désormais la ligne de conduite des alliés d'autrefois, des messages de menaces sont lancés de toute part . Il est clair qu'une telle atmosphère ne saurait promouvoir la paix dans un pays qui ne s'est pas encore remis de ses profondes blessures d'après crise. Alors, pourquoi l'on se résoudrait-il de rentrer dans un tel pays à quelques mois des présidentielles s'annoncent tendues? Donc nous réfugiés, estimons que le retour à la paix passe par la réconciliation de tous les fils et toutes les filles de la côte d'ivoire . Tout le monde est sans ignorer que le maillon essentiel de cette réconciliation, c'est le président LAURENT GBAGBO . Son retour au pays sera le gage de stabilité et de réconciliation vrai. En conclusion, il revient de noter que les camps réfugiés sont bel et bien ouverts et que malgré les quelques départ qui font la une de l'actualité du pouvoir Abidjanais , un très grand nombre de réfugiés : trois mille huit cent vingt-six ( 3826) pour le camp de Ampian, mille quatre cent douze (1412) pour Egyeikrom et huit cent soixante quatorze (874) pour Fetentaa soit un total de six mille cent douze ( 6112) est encore dans les camps. Alors que l'on ne prenne point plaisir à proféré des contres vérités faisant état de ce que les camps se seraient vidés à quatre vingt dix pour cent (90%) de leurs populations. De tels propos seraient la manifestation d'une mauvais foi beaucoup trop poussée. Par soucis de sécurité, les réfugiés qui ont produit ce témoignage ont préféré garder l'anonymat.
© Nicoletta Fagiolo